Page 3 - Installation du Conseil national de l

Version HTML de base

L’innovation n’a pas, aujourd’hui, la place qu’elle mérite au sein de l’éducation. C’est précisé-
ment pour y remédier que Vincent Peillon et moi-même avons souhaité remettre en place un
Conseil national de l’innovation qui sera tourné vers la réussite éducative.
En effet, l’École est aujourd’hui à un tournant de son histoire que la loi sur la refondation
symbolise pleinement. C’est dans cette dynamique, afin d’accompagner la réflexion sur notre
système éducatif, que le Conseil de l’innovation trouve toute sa place.
Le Conseil national de l’innovation pour la réussite éducative a plusieurs missions ambi-
tieuses : donner une impulsion favorisant l’innovation au sein de l’éducation nationale,
­répondre aux difficultés rencontrées aujourd’hui par l’École, principalement aux écarts qui
se creusent entre les élèves qui ont de bons résultats et les autres, au décrochage de trop
nombreux jeunes.
Il devra identifier, mais aussi susciter des pratiques innovantes au sein de l’École.
Ce conseil est une forme de reconnaissance à l’égard des actions innovantes d’ores et déjà
menées sur le terrain par des équipes éducatives déterminées. Repérer pour les étendre à l’en-
semble du système éducatif les bonnes pratiques qui ont fait leur preuve ; tel est le ­dessein qui
doit guider les membres du Conseil national de l’innovation pour la réussite éducative.
Je souhaite que ce conseil soit un lieu de travail et d’échanges ouvert, permettant ­d’explorer
largement ce que doit être la politique de réussite éducative en tant qu’elle prend en consi-
dération l’environnement de l’enfant dans toutes ses dimensions : sociales, familiales,
­culturelles ou encore territoriales.
L’investissement et la créativité des membres de ce conseil, choisis pour leur compétences
transversales seront précieux pour aider notre système scolaire à évoluer dans un sens plus
favorable à la réussite du plus grand nombre de jeunes.
George Pau-Langevin,
ministre déléguée à la réussite éducative
Le mot de la ministre
déléguée à la réussite éducative,
George Pau-Langevin