Page 26 - Installation du Conseil national de l

Version HTML de base

L’innovation à l’éducation nationale – Etat des lieux en mars 2013
L’innovation selon les niveaux d’enseignement
Le tableau suivant indique le repérage des dispositifs d’innovation et d’expérimentation
effectué par le réseau de l’innovation au sein de la DGESCO.
Niveau
d’enseignement
Part
des
innovations
recensées relevant
de ce niveau
Part des structures
innovantes
identifiées
parmi
l’ensemble
des
structures de ce
niveau
Nombre total
de structures
écoles
35%
1.2 %
6
48139
collèges
40%
12.5 %
5270
lycées généraux et
technologiques
20%
21.3 %
1584
lycées professionnels
6%
11 %
960
TOTAL (public)
100%
2.97%
55953
Source : Expérithèque, automne 2012
Le repérage national des dispositifs d’innovation et d’expérimentation reste fortement
marqué par les personnels et la culture du second degré. L’origine historique des
missions « innovalo » (initiative de l’ancienne Direction des lycées et collèges) et le
portage des CARDIE par les personnels d’inspection du 2
d
degré expliquent cette
surreprésentation dans les données, qui ne peut rendre compte des réalités beaucoup
plus diffuses des pratiques dans tous les degrés de l'enseignement.
Cet état des lieux ne correspond pas tout à fait à la réalité, puisque l’innovation est
fortement présente dans le premier degré. Pourquoi ce décalage ? Sur le terrain, des
dynamiques d'école existent, elles sont même parfois repérées, mais sans
nécessairement se reconnaître sous le terme d’innovation ou faire la demande d’un
statut d’expérimentation article L 401-1. Autrement dit, on innove dans le premier
degré, tout autant sinon plus que dans le second degré et pourtant, on se reconnaît
moins volontiers « innovant ». Pourquoi ? Peut-être en raison du fonctionnement même
de l’école, puisque son organisation qui repose sur un maître par classe, dont un
directeur partiellement déchargé, donne des marges d'autonomie importantes sur le
plan pédagogique. Dès lors, les enseignants, ou l’équipe, n’auront pas nécessairement
l’impression d’être « innovants », ni donc de se déclarer comme tels.
Dans les faits en tout cas, le premier degré présente bien un contexte favorable au
développement des innovations : outre la grande liberté pédagogique du maître déjà
citée, les circonscriptions du premier degré (qui rassemblent en moyenne une trentaine
d'écoles autour d’un Inspecteur de l’éducation nationale et de ses conseillers
6
Le pourcentage est sans doute plus élevé en réalité, à l’instar des autres niveaux d’enseignement, compte
tenu du fait que de nombreux dispositifs 1
er
degré sont à l’échelle de circonscriptions (englobant de 15 à 2à
écoles par exemple), d’autre part, du fait que bien des dispositifs de type « socle » ou ECLAIR intègrent les
réseaux du 1
er
degré.